London Trip Chronicles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

London Trip Chronicles

Message  lilouh le Ven 29 Jan - 12:38

Le retour

Je ferme la porte les yeux embués de fatigue, le froid me pique. Mes vacances sont derrières moi. J'enfonce les écouteurs dans mes oreilles, je monte le volume et je me laisse pousser par les basses provoquées par ce petit objet tenant dans le creux de ma main. Il est très tôt, la ville s'éveille à peine mais le pub est déjà éclairé. J'accélère le pas, je slalome entre les poteaux, les passants et les voitures. Je n'arrive toujours pas à me faire au sens de circulation bien que je me sois acclimatée assez rapidement aux autres coutumes locales.

J'arrive à la gare. Commence le jeu de piste entre les différents objets glissant sur leurs rails sur et sous terre, déversant leur flot de travailleurs à chaque station. Certains lisent, d'autres dorment debout ou écoutent de la musique. D'autres encore restent là à observer leur environnement sans autre béquille que leurs pensées. A quoi pensent-ils ? Je m'amuse à monter un scenario pour le passager pensif se tenant à côté de moi. Je m'égare... Quelle heure est-il ? J'ai rêvassé pendant combien de stations ? Pourquoi c'est si dur de partir ?

Le métro me vomit à Victoria, la course se poursuit. Je dois vraiment être atypique car depuis mon arrivée, les gens ne cessent de me dévisager. Aujourd'hui pourtant j'ai laissé mes regards émerveillés et mon sourire pour afficher des yeux gonflés et un visage fermé. Le temps passe vite, j'espère que mon stock de minutes disponibles ne sera pas trop en flux tendu. On a coutume de dire : « jamais deux sans trois » mais je ne peux pas me permettre de rater une nouvelle fois mon avion.

Après quelques hésitations, je trouve mon chemin. Je me pose dans un siège moelleux du Gatwick Express, dernière ligne droite avant le parcours du combattant de l'aéroport. La superposition des paysages et de la musique accumulée à la fatigue provoque une intense lassitude. Les idées se bousculent dans ma tête, j'ai le cœur serré et la gorge nouée. Pas le temps de m'attarder davantage sur mes états d'âme : me voilà déjà arrivée à destination, c'est immense. Comment font ceux qui ne peuvent pas lire les panneaux de signalisation ? Curieuse pensée me direz-vous, déformation professionnelle sûrement... Arrive l'épreuve du feu : les postes de contrôle avant l'embarquement. C'est à cet instant fatidique que chacun d'entre nous peut prendre pleinement conscience des conséquences des attentats du World Trade Center. La paranoïa est palpable, les mesures paraissent parfois risibles mais sur le moment, on prie surtout pour ne pas trop perdre de temps.

J'ai beau avoir laissé la moitié de ma vie dans un bac en plastique pour que des machines violent son intimité, je fais quand même sonner le portique détecteur de métaux. Sûrement mes bijoux et mes piercings... Une femme d'un tour de taille impressionnant vient me fouiller au corps en n'oubliant aucun recoin de mon anatomie. Je sens ses bourrelets contre moi, je commence à avoir la nausée. C'est humiliant mais si cela peut rassurer le mouton, passons... Après avoir compter frénétiquement les minutes qui me restaient avant de rater mon vol, débute une attente interminable : l'avion est en retard. Je n'avais pas prévu d'avoir du temps pour réfléchir, c'est très embarrassant.

Dans le hall d'attente, il n'y a rien d'autre à faire que de regarder les tableaux d'affichage et de consommer dans la galerie marchande. Rien d'intéressant pour la pauvre petite européenne que je suis puisque seuls les voyageurs internationaux bénéficient de la suppression des taxes. Je fais un tour devant les vitrines pour tuer le temps sans quitter bien longtemps du regard les écrans. Je ne peux pas m'empêcher de me repasser un clip en pensées des meilleurs moments passés ici. Mis à part ça, j'ai le cerveau vide. Je ne supporte que la musique que j'écoute, je n'ai même pas envie de lire.

Je désespère de monter un jour dans cet imposant objet défiant les lois de la gravité. Je me languis de retrouver mes racines, ses couleurs et son accent mais je me sens envahie par une soudaine mélancolie. Mon corps est passé en mode automatique et mon cerveau s'est désolidarisé de ce dernier. Je tend mes papiers comme un robot, je répète les formules de politesse sans même en prendre conscience. Mon esprit s'est déjà envolé depuis longtemps quand je peux enfin m'enfoncer dans le siège que je me suis choisie près du hublot. Je rentre alors dans un semi coma tout en restant un minimum en alerte tant que l'avion n'a pas pris son envol. Je n'ai pas beaucoup dormi, je me sens lessivée comme si toute l'énergie qui m'avait habitée les jours précédents s'était évaporée entièrement. La musique me berce mais je dois l'éteindre par « mesure de sécurité ». Sécurité... très certainement le mot plus usité du siècle.

Brusque retour à la réalité : le son de l'appareil, les annonces du commandant de bord que j'ai du mal à déchiffrer, le mélange de différentes langues provoqué par les passagers qui discutent... Le temps s'égraine à la vitesse d'un escargot neurasthénique, je commence à désespérer de quitter le sol britannique et la faim commence à me travailler. Je n'ai rien bu ni manger depuis la veille, mon corps se met à réclamer du carburant. N'ayant rien pouvant satisfaire mes besoins physiologiques, je ne peux qu'attendre. Attendre, patienter, prendre son mal en patience... Prendre son mal en patience, parfait idiome pour illustrer la situation en parfaite continuité avec le reste de mon existence.

Enfin, le steward ferme la porte et se met en place pour nous faire la chorégraphie du gilet de sauvetage. Cette étrange danse muette a un air de ©Tektonik et rien que pour ce petit détail ludique, j'adore prendre l'avion. Passé ce spectacle incontournable inclus dans le prix du billet et l'appareil ayant atteint son altitude de croisière, je peux laisser divaguer mon esprit sur quelques notes de musique avant de somnoler. Quand j'ouvre les yeux, j'apprends que nous survolons Lyon et je m'attarde dans la contemplation des nuages reflétant la lumière du soleil. Le soleil... il m'avait manqué. C'est tellement bon de sentir ses rayons nous réchauffer d'autant plus qu'à cette altitude, sa puissance est décuplée.

L'engin débute sa descente, je reconnais certaines communes qui défilent sous nos yeux et remarque de petites tâches blanches sur la mer signe d'un violent mistral. D'ailleurs, nous subissons des secousses qui effraient quelques passagers. Je ne me lasse pas de la vue splendide qui s'offre à moi à chaque atterrissage à Marignane. On dit que les marseillais sont chauvins mais il y a de quoi, c'est vraiment magnifique. Certains touristes partagent apparemment mon point de vue et sortent leurs appareils photos pour immortaliser cette vue imprenable. Lorsque mon pied foule le sol de mon pays natal, je manque de me faire souffler par une bourrasque glaciale. Welcome home !

Mais l'aventure n'est pas arrivée à échéance. Je dois encore traverser le tarmac, suivre des couloirs de circulation, monter, descendre des escaliers et passer le poste frontière. Bien que nous soyons à l'intérieur, de grandes ouvertures laissent passer le mistral qui vient nous fouetter le visage et nous glacer les os. Arrive mon tour devant l'agent à qui je tend ma carte d'identité. A plusieurs reprises, il fixe successivement ma photo puis mon visage. Je le regarde l'air stoïque et impatiente de pouvoir fumer une cigarette. Il n'a pas l'intention de me laisser passer, il ne me reconnaît pas sur la photo et me demande d'enlever ma casquette. J'obtempère et voyant qu'il n'est toujours pas convaincu, je lui propose de sortir mon permis de conduire. Finalement, il me rend ma carte et me souhaite une bonne journée. J'ai décidément un problème avec l'autorité.

L'espace d'un instant, j'ai bien cru que je n'allais jamais pouvoir rentrer chez moi. Mais rapidement ma tristesse laisse place au réconfort provoqué par la nicotine absorbée dès la première bouffée et la vue rassurante d'un visage familier. Dès ses premiers mots chantant la Provence, je souris à la vie en repensant à mon escapade et à celui qui est resté là bas. Je me languis déjà mon prochain séjour outre-manche en fixant le ciel avec une pointe d'excitation.

_________________
"Les jeux vidéos n'affectent pas les enfants : je veux dire si Pac-Man nous avait influencé étant enfant, nous devrions tous courrir en rond dans des pièces sombres, en gobant des pillules magiques tout en écoutant de la musique répétitive." Kristian Winlson, président de Nintendo, 1989

http://lilouh.eklablog.com/

lilouh
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 2223
Age : 35
Localisation : Montpellier
style sonore : touskipète
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  lotek le Ven 29 Jan - 20:22

joli report poulette!

lotek
Admin
Admin

Masculin Nombre de messages : 2070
Age : 42
Localisation : chez moi
style sonore : hardcore bourrin mental
Date d'inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  lilouh le Sam 30 Jan - 5:11

merci Embarassed

_________________
"Les jeux vidéos n'affectent pas les enfants : je veux dire si Pac-Man nous avait influencé étant enfant, nous devrions tous courrir en rond dans des pièces sombres, en gobant des pillules magiques tout en écoutant de la musique répétitive." Kristian Winlson, président de Nintendo, 1989

http://lilouh.eklablog.com/

lilouh
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 2223
Age : 35
Localisation : Montpellier
style sonore : touskipète
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  Alpha le Dim 31 Jan - 11:24

c'est clair ... beau report Wink

Alpha
Novice
Novice

Masculin Nombre de messages : 18
Age : 36
Localisation : Saint Etienne
style sonore : happy tribe
Date d'inscription : 23/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  VinKa le Dim 7 Fév - 11:43

clap ! clap ! clap ! clap ! clap ! Trop bieenn !!!! Par contre j'ai trouvé trop dure le passage "le métro me vomit" je trouve que ça sort du contexte, c'est trop fort par rapport au reste du texte mais en même temps on ressent bien l'état nauseux dans lequel tu es. Bravo encore !

VinKa
Y font même plus gaffe à moi
Y font même plus gaffe à moi

Féminin Nombre de messages : 587
Age : 32
Localisation : Poissy
style sonore : dvorak
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  lilouh le Dim 7 Fév - 18:24

Je ne sais pas si tu as déjà eu l'occasion de prendre le métro en pleine heure de pointe à Londres mais c'est l'impression que ça me laisse à chaque fois. Puis par rapport au contexte, j'avais choisi ce verbe volontairement. En tout cas, merci du compliment. Wink

_________________
"Les jeux vidéos n'affectent pas les enfants : je veux dire si Pac-Man nous avait influencé étant enfant, nous devrions tous courrir en rond dans des pièces sombres, en gobant des pillules magiques tout en écoutant de la musique répétitive." Kristian Winlson, président de Nintendo, 1989

http://lilouh.eklablog.com/

lilouh
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 2223
Age : 35
Localisation : Montpellier
style sonore : touskipète
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  VinKa le Lun 8 Fév - 16:06

J'aurais bientôt l'occasion de tester Wink à mon avis ça doit être la même chose que paris.

VinKa
Y font même plus gaffe à moi
Y font même plus gaffe à moi

Féminin Nombre de messages : 587
Age : 32
Localisation : Poissy
style sonore : dvorak
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  lilouh le Lun 8 Fév - 16:47

Très certainement oui mais j'ai jamais pris le métro à Paris donc je peux pas te dire. En tout cas, si tu ne connais pas encore Londres, m'est-avis que tu vas bien aimé. C'est vraiment sympa, une des rares villes du "grand Nord" où je pourrais vivre un temps sans trop déprimer. Et va faire un tour à Camden aussi, visite touristique incontournable pour tout marginal qui se respecte. Wink

_________________
"Les jeux vidéos n'affectent pas les enfants : je veux dire si Pac-Man nous avait influencé étant enfant, nous devrions tous courrir en rond dans des pièces sombres, en gobant des pillules magiques tout en écoutant de la musique répétitive." Kristian Winlson, président de Nintendo, 1989

http://lilouh.eklablog.com/

lilouh
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 2223
Age : 35
Localisation : Montpellier
style sonore : touskipète
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  VinKa le Mer 10 Fév - 21:02

Merci pour l'info cheers je ferais un petit report en rentrant Wink c'est dans quel quartier Camden? je serais à deux pas du british museum..

VinKa
Y font même plus gaffe à moi
Y font même plus gaffe à moi

Féminin Nombre de messages : 587
Age : 32
Localisation : Poissy
style sonore : dvorak
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  lotek le Jeu 11 Fév - 2:45

camden c'est au nord de Londres; sur la Northern Line Wink

faire gaffe c'est High Barnet la direction, pas Edgware Arrow
http://www.tfl.gov.uk/assets/downloads/standard-tube-map.pdf

http://www.tfl.gov.uk
Le Journey Planner est très pratique Smile

lotek
Admin
Admin

Masculin Nombre de messages : 2070
Age : 42
Localisation : chez moi
style sonore : hardcore bourrin mental
Date d'inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  VinKa le Jeu 11 Fév - 11:28

ohh Yeahh thx !!

VinKa
Y font même plus gaffe à moi
Y font même plus gaffe à moi

Féminin Nombre de messages : 587
Age : 32
Localisation : Poissy
style sonore : dvorak
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: London Trip Chronicles

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum